6 conseils clés pour devenir un bon parent

Bien éduquer est un travail difficile.

Comment devenir un bon parent?


6 conseils clés pour devenir un bon parent

Aucun parent n'est parfait.

Aucun enfant n'est parfait non plus… Il est important de garder cela à l'esprit lorsque nous définissons nos attentes.

Mais cela ne signifie pas que nous ne devrions pas travailler pour atteindre cet objectif.

Fixer des normes élevées pour nous-mêmes, puis ensuite pour nos enfants . Nous leur servons de modèle.

Voici 6 conseils pour acquérir des compétences parentales efficaces.

Beaucoup d'entre eux ne sont ni rapides ni faciles. Et probablement personne ne peut tout faire tout le temps.

Mais si vous pouvez continuer à travailler dessus, même si vous ne pouvez en faire qu'une partie de temps à autre, vous continuerez à avancer dans la bonne direction.

1. Modélisation

6 conseils clés pour devenir un bon parent

L'humain est une espèce spéciale en partie parce que nous pouvons apprendre par imitation. Nous sommes programmés pour copier les actions des autres pour les comprendre et les incorporer aux nôtres. Les enfants en particulier surveillent très attentivement tout ce que leurs parents font.

Alors, soyez la personne que vous voulez que votre enfant soit - respectez votre enfant, montrez-lui un comportement et une attitude positifs, ayez de l'empathie pour les émotions de votre enfant - et votre enfant en fera de même.

2. Aimer

6 conseils clés pour devenir un bon parent

Seul ce que vous choisissez de faire (ou de donner) au nom de l'amour peut le faire - des choses comme l'indulgence matérielle, la clémence, de faibles attentes et une protection excessive. Lorsque ces choses sont données à la place du véritable amour, c’est quand vous aurez un enfant gâté.

Aimer votre enfant peut être aussi simple que de lui faire des câlins, de passer du temps avec lui et d’écouter ses problèmes avec sérieux.

La présentation de ces actes d'amour peut déclencher la libération d'hormones de bien-être, telles que l'ocytocine, les opioïdes et la prolactine. Ces substances neurochimiques peuvent nous apporter un profond sentiment de calme, de chaleur émotionnelle et de contentement, à partir desquels l’enfant développera sa résilience, sans parler d’une relation plus étroite avec vous.

3. L’éducation positive

6 conseils clés pour devenir un bon parent

Les bébés naissent avec environ 100 milliards de cellules cérébrales (neurones) peu connectées. Ces relations créent nos pensées, orientent nos actions, façonnent notre personnalité et déterminent fondamentalement qui nous sommes. Ils sont créés, renforcés et «sculptés» à travers des expériences vécues au cours de nos vies.

Donnez à votre enfant des expériences positives. Ils auront la capacité de vivre eux-mêmes des expériences positives et de les proposer aux autres.

Donnez à votre enfant des expériences négatives. Ils n’auront pas le genre de développement nécessaire à leur épanouissement.

Chante cette chanson idiote. Avoir un marathon de chatouilles. Aller au parc. Rire avec votre enfant. Roulez à travers une crise de colère. Résoudre un problème avec une attitude positive.

Non seulement ces expériences positives créent de bonnes connexions dans le cerveau de votre enfant, mais elles forment également les souvenirs de vous que votre enfant porte toute sa vie.

En matière de discipline, il semble difficile de rester positif. Mais il est possible de pratiquer la discipline positive et d'éviter les mesures punitives.

Être un bon parent signifie que vous devez enseigner à votre enfant la morale de ce qui est juste et de ce qui ne va pas. Fixer des limites et être cohérent sont les clés d’une bonne discipline. Soyez gentil et ferme lors de l'application de ces règles. Concentrez-vous sur la raison du comportement de l’enfant. Et en faire une occasion d'apprendre pour l'avenir, plutôt que de punir pour le passé.

4. Être un havre de paix

Dites à votre enfant que vous serez toujours à ses côtés en répondant à ses signaux et en tenant compte de ses besoins. Soutenez et acceptez votre enfant en tant qu'individu. Soyez un refuge chaleureux et sûr pour votre enfant.

Les enfants élevés par des parents toujours réactifs ont généralement de meilleurs résultats en termes de développement affectif, de développement social et de santé mentale.

5. Communiquer et intégrer

La plupart d'entre nous connaissent déjà l'importance de la communication. Parlez à votre enfant et écoutez-le attentivement.

En gardant une ligne de communication ouverte, vous aurez une meilleure relation avec votre enfant et celui-ci s’adressera à vous en cas de problème.

Mais il existe une autre raison de communication: vous aidez votre enfant à intégrer différentes parties de son cerveau.

L'intégration est semblable à notre corps dans lequel différents organes ont besoin de se coordonner et de travailler ensemble pour maintenir un corps en bonne santé.

Lorsque différentes parties du cerveau sont intégrées, elles peuvent fonctionner de manière harmonieuse dans son ensemble, ce qui signifie moins de crises de colère, un comportement plus coopératif et plus d'empathie.

Pour ce faire, parlez d'expériences troublantes. Demandez à votre enfant de décrire ce qui s'est passé et ce qu'il / elle a ressenti. Vous n'êtes pas obligé de fournir des solutions. Le simple fait de les écouter parler et de poser des questions de clarification les aidera à comprendre leurs expériences et à intégrer leurs souvenirs.

6. Réfléchir

Nous sommes nombreux à vouloir être parents différemment de nos parents. Même ceux qui ont eu une enfance heureuse peuvent vouloir changer certains aspects de la façon dont ils ont été élevés.

Mais très souvent, lorsque nous ouvrons la bouche, nous parlons comme nos parents.

Réfléchir à notre propre enfance est un pas en avant vers la compréhension de la raison pour laquelle nous sommes parents comme nous le faisons.

Notez les choses que vous souhaitez changer et pensez à la manière dont vous le feriez différemment dans un scénario réel. Essayez d'être attentif et changez de comportement la prochaine fois que ces problèmes se posent.

N'abandonnez pas si vous ne réussissez pas au début. Cela prend de la pratique. Beaucoup de pratique.

A lire aussi : Pourquoi la compétition est bonne pour les enfants

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires